Nouvelles

La Cour d’appel de l’Ontario confirme que le Projet de loi 124 est inconstitutionnel

La Cour d’appel de l’Ontario confirme que le Projet de loi 124 est inconstitutionnel 


Le 12 février 2024, la Cour d'appel de l'Ontario a confirmé une décision selon laquelle la loi sur la limitation des salaires, ou Projet de loi 124, était inconstitutionnelle. Dans une décision majoritaire, la Cour a validé un jugement de 2022 selon lequel le Projet de loi 124 portait atteinte à la liberté d'association garantie par la Charte des droits et libertés. La Cour d'appel de l'Ontario a également conclu qu'en raison du Projet de loi 124, « les travailleurs syndiqués du secteur public, dont beaucoup sont des femmes, des personnes racisées et/ou des personnes à faible revenu, ont perdu la capacité de négocier une meilleure rémunération ou même de meilleures conditions de travail qui n’ont pas de valeur monétaire (trad.) »

PROGRAMME DE MENTORAT 2024-2026 LIGNES DIRECTRICES ET ÉTAPES

Ce Programme de mentorat permet aux membres du SEPB-Ontario d’acquérir des compétences qui s'avéreront utiles dans les différents secteurs représentés par celui-ci. Les participant(e)s acquerront des connaissances et de l’expérience qui leur permettront de croître et d’apprendre comment renforcer notre syndicat tout en servant ses membres. Les candidat(e)s retenu(e)s seront formé(e)s à divers postes, y compris, mais sans s’y limiter, celui de spécialiste des relations de travail couvrant tous les secteurs, de spécialiste des soins de santé ou de l'éducation, de représentant(e) des avantages sociaux ou d’organisateur(organisatrice), sans oublier celui d’instructeur(instructrice)/animateur(animatrice) spécialisé(e) dans une variété de sujets et de domaines syndicaux prioritaires. Il incombera aux sections locales du SEPB-Ontario de veiller à ce que toutes les dispositions nécessaires soient prises en ce qui concerne le temps perdu par leurs membres. On s’attend à ce que le coût du temps perdu soit partagé par les trois parties, soit la section locale, le SEPB-Ontario et le membre participant.

2024 Convocation à l’Assemblée générale annuelle

Chers membres du COPE,

L'Assemblée générale annuelle 2024 du SEPB-Ontario aura lieu le samedi 4 mai et le dimanche 5 mai 2024, de 9 h 00 le samedi jusqu’à 12 h 30, le dimanche. L’Assemblée se tiendra au Centre Shaw, 55, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario).

Un bloc de chambres a été négocié avec l'hôtel Lord Elgin, 100, rue Elgin, Ottawa (Ontario), au tarif de 239 $ (occupation simple)/249 $ (occupation double) plus taxes et frais par nuit. Le lien direct pour réserver votre chambre est https://reservations.travelclick.com/12200?groupID=4213228. Les délégué(e)s peuvent communiquer directement avec l'hôtel pour effectuer leur réservation en composant le               613-235-3333. Le numéro de bloc de groupe est 5134734.

La date butoir de réservation est le mercredi 27 mars 2024.

Célébration du Mois de l’histoire des Noirs

Célébration du Mois de l’histoire des Noirs

 

En ce mois de février, c’est avec fierté que le SEPB-Ontario se joint à la nation pour célébrer le Mois de l'histoire des Noirs, une occasion de reconnaître, d’honorer et d’amplifier les contributions extraordinaires des Noir(e)s tout au long de l'histoire. Cette année, nous nous attachons particulièrement à souligner l’impact inestimable que les dirigeant(e)s noir(e)s ont eu au sein du mouvement syndical, façonnant une société plus juste et plus équitable pour tous(toutes).

Un libellé unique en son genre !

Un libellé unique en son genre !

Plusieurs d’entre nous, lorsqu’il s’agit de se prévaloir d’un congé de deuil pour un être cher, pensons aux parents, aux grands-parents, aux frères et sœurs ou aux proches parents. Mais, qu'en est-il des autres êtres chers qui font partie de notre vie? Pour les personnes qui ont besoin d'un animal d'assistance, ce dernier peut être une extension de ce qu'ils(elles) considèrent comme leur famille, une partie bien-aimée de leur vie quotidienne.

Journee de SEPB

Célébrez la Journée du SEPB

En juin 2004, plusieurs membres canadien(ne)s du Syndicat international des employés professionnels et de bureau (SEIPB) remettaient à leurs dirigeant(e)s syndicaux américain(e)s une lettre choquante dans laquelle on pouvait lire que 74 % des 24 000 membres canadien(ne)s du SIEPB avaient voté en faveur de la création de leur propre syndicat autonome.

Depuis longtemps, les membres canadien(ne)s du SIEPB se sentaient exclus(es), ne bénéficiant souvent d’aucune représentation internationale ni d’aucun soutien de campagne de la part d’un syndicat en grande partie basé aux États-Unis. Frustré(e)s par cette situation, les membres canadien(ne)s ont décidé qu'il était temps de créer le syndicat auquel ils(elles) souhaitaient appartenir.

C'est ainsi qu’est né le Syndicat canadien des employées et employés professionnel(le)s et de bureau (COPE-SEPB). Depuis sa création en 2004, l’effectif du SEPB est passé à plus de               34 000 membres. Le COPE-SEPB représente des membres dans toutes les provinces et tous les territoires, et s'étend à de nouveaux secteurs tels que les organismes à but non lucratif, les coopératives de crédit et les soins de santé. En tant que syndicat à prédominance féminine, le SEPB joue un rôle essentiel dans la lutte contre les inégalités en milieu de travail. Nous avons récemment été témoins de l’adoption d’un libellé révolutionnaire sur le congé menstruel au Planning des naissances Ottawa. De telles victoires nous rappellent que lorsque nous sommes solidaires, les choses changent.

Chaque année, le 20 juin, nous célébrons la Journée du SEPB et nous marquons les débuts du SEPB en tant que syndicat autonome !

_________________________________________________

Célébrez la Journée du SEPB avec nous en cliquant pour télécharger le graphique de la Journée du SEPB et en affichant une photo de vous, de vos collègues et d’autres brandissant la pancarte. Balisez le SEPB-Ontario sur Facebook, Twitter et/ou Instagram et utilisez le mot clic #COPEDay.

 

Exiger l’équité pour tous et toutes

Exiger l’équité pour tous et toutes

En juin, nous célébrons le Mois de la Fierté en honorant, en encourageant et en reconnaissant la communauté 2SLGBTQIA+, une communauté très vibrante et diversifiée. La communauté 2SLGBTQIA+ se bat depuis des décennies pour l'acceptation, l'inclusion et les droits civiques. La Fierté a vu le jour dans les années 1970 en tant que protestation, ce qu’elle continuera d'être jusqu'à ce que tous(toutes) aient acquis l'égalité des droits et la justice. En solidarité avec les 2SLGBTQIA+, le SEPB-Ontario soutiendra les manifestations, mouvements et luttes futures pour la justice et l'équité.

 

En 2023, nous avons assisté à une résurgence d'actions inacceptables, de discours de haine et de violence à l’encontre de la communauté 2SLGBTQIA+, en particulier des personnes trans, des travestis et des membres noir(e)s, autochtones et racisé(e)s de cette communauté. Selon Statistique Canada, il y a eu une augmentation de 64 % des crimes haineux ciblant l'orientation sexuelle au Canada depuis 2020. Cette hausse reflète la lutte menée par des personnes imbues de préjugés discriminatoires qui tentent de priver les communautés 2SLGBTQIA+ de leurs droits. Ces groupes faisant l’objet d’attaques sont à l'avant-garde de la lutte pour la justice, l'égalité et l'acceptation et nous continuerons à les soutenir et à faire entendre leur voix.

 

Le SEPB-Ontario condamne ces injustices et soutient la communauté 2SLGBTQIA+ pour créer des milieux de travail et des environnements inclusifs et sécuritaires. Le SEPB-Ontario soutient la communauté 2SLGBTQIA+ dans sa lutte pour l'équité pour tous et toutes, et il ne s’arrêtera pas tant que la justice, les droits civils et l'égalité ne seront pas respectés.

 

En tant que membres d'un syndicat représentant un large éventail de secteurs publics et privés, nous devons poursuivre la lutte pour éliminer la haine et les inégalités sur nos lieux de travail, dans nos communautés et dans tous les domaines de la société.

 

 

 

Mois national de l’histoire autochtone

Juin est le Mois de l'histoire autochtone au Canada. C'est l’occasion pour les Canadien(ne)s de reconnaître et d'honorer la richesse de l’histoire, du patrimoine et de la diversité des Premières nations, des Métis et des Inuits (PNMI) du Canada qui continuent de prospérer malgré l'oppression passée et présente.

 

Pendant le Mois de l'histoire autochtone, nous célébrons les incroyables contributions des PNMI à la société, telles que les œuvres d'art de Norval Morrisseau et Annie Pootoogook, la musique de Jeremy Dutcher et Aysanabee, les films d'Alanis Obomsawin, les écrits de Lee Maracle et bien d'autres.

En plus de célébrer ces pionniers et pionnières, le Mois national de l'histoire autochtone nous permet de réfléchir à ce qu’il reste à accomplir pour parvenir à la vérité et à la réconciliation.

 

Dans son rapport de 2022 sur l’obligation de rendre des comptes en matière de vérité et de réconciliation, le Yellowhead Institute note que deux appels à l’action ont été réalisés en 2022, ce qui porte le nombre total d’appels réalisés à 13 sur 94. « À ce rythme, il faudra 42 ans, soit jusqu’en 2065, pour répondre à tous les appels à l’action », y est-il observé.

 

En ce début du Mois de l’histoire autochtone, nous vous invitons à célébrer, à vous informer, à réfléchir et à agir.

RAPPORT SUR LES SOINS DE SANTÉ DU SEPB- ONTARIO (Janvier 2023)

DES SOINS DE SANTÉ POUR TOUS ET TOUTES

 

RAPPORT SUR LES SOINS DE SANTÉ DU SEPB- ONTARIO  

(Janvier 2023) 

 

Quatre (4) fois par année, le SEPB-Ontario produit un rapport sur les soins de santé à l’intention des membres du SEPB. Ce dit rapport tient ces derniers(dernières) au courant des changements apportés dans le secteur des soins de santé et leur impact sur les travailleurs et travailleuses de la santé représenté(e)s par le SEPB. Notre prochain rapport sera publié en février 2023.  

La privatisation des soins de santé en Ontario – Partie 3

ARRÊTEZ LA PRIVATISATION DES SOINS DE SANTÉ EN ONTARIO!

Alors que le gouvernement Ford poursuit son plan visant à privatiser davantage le système de soins de santé de l'Ontario, il ne fait aucun doute que ce n'est pas la bonne solution aux nombreux problèmes de soins de santé que connaissent les Ontarien(ne)s. Le gouvernement Ford poursuit ses efforts de privatisation des soins de santé, notamment les soins à domicile, les soins de longue durée, les soins hospitaliers, les soins virtuels, les soins primaires, les soins de santé publics et les services médicaux d'urgence (SMU), etc. Lorsqu’on a demandé à la ministre de la Santé, Sylvia Jones, comment le gouvernement Ford prévoyait de faire face à la pression immédiate à laquelle le système de santé est confronté et comment il envisageait de le stabiliser, la ministre Jones a répondu que « toutes les options sont sur la table ». Plusieurs critiques ont été adressées au gouvernement Ford pour avoir laissé entendre que la privatisation accrue des soins de santé était contemplée comme moyen d'alléger le fardeau des hôpitaux. Le fait de prioriser les besoins en soins de santé en fonction de la capacité d’une personne de payer plutôt que de ses besoins médicaux ne fera qu'exacerber la crise des soins de santé. Compte tenu du nombre limité de professionnel(le)s de la santé, les patient(e)s qui n'ont pas les moyens de souscrire une assurance privée ou qui n’y sont pas admissibles attendront probablement plus longtemps pour recevoir des soins et seront obligé(e)s de faire concurrence à ceux et celles qui peuvent payer de leur poche.

Selon des données provenant de l'Australie, de l'Allemagne et de la Suisse, le privé augmente les temps d'attente pour la majorité des patient(e)s qui dépendent des services financés par l'État et accroît les coûts totaux du système. En Australie, l’extension de l'assurance privée n’a pas permis de réduire les temps d'attente. Au contraire, dans les régions où l'assurance privée était la plus utilisée, les temps d'attente dans le secteur public ont augmenté.

Une étude portant sur tous les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a conclu que les soins de santé financés par le secteur privé entraînent des temps d'attente plus longs et soutirent des ressources au système public. Les résultats de la recherche indiquent que les soins de santé financés par le secteur privé et les longs délais d'attente dans le secteur public vont de pair, et que la croissance des paiements privés ne fera rien pour les atténuer.

En 2017, le vérificateur général de la Saskatchewan a constaté qu'un programme d'imagerie par résonance magnétique (IRM) privé avait en fait augmenté les temps d'attente pour les scans au lieu de la réduction promise. 

Recevoir les mises à jour